Écoquartier du Stand _ Le premier écoquartier de Nyon s’apprête à accueillir ses habitants. Trois immeubles totalisant 131 logements (70% à loyers modérés et 30% à loyers raisonnables) visent à favoriser la mixité sociale. Les futurs habitants ont participé activement à l’élaboration du concept.

Structuré par le cordon du Boiron, l’écoquartier du Stand à Nyon est le premier du type dans cette commune. Le projet de construction durable lancé par la municipalité et réalisé par la Coopérative de l’habitat associatif Codha est constitué de trois immeubles pour un total de 131 logements, dont 70% à loyers modérés ou abordables, et 30% à loyers raisonnables. En grande partie destiné aux personnes vivant ou travaillant à Nyon, cet écoquartier a pour vocation de favoriser la mixité sociale et intergénérationnelle. Une démarche participative réjouissante a accompagné tout le processus de conception du quartier.

Le concours d’architecture SIA 142, organisé par la ville de Nyon en collaboration avec la Codha, a permis de juger 84 projets venant de Suisse et d’ailleurs et de retenir à l’unanimité le projet Zinzolin du bureau farra zoumboula- kis & associés en avril 2014. Celui-ci propose une implantation architecturale en lanières articulées, propre à offrir de belles qualités d’habitabilité et des vues sur le paysage, tout en ménageant l’environnement bâti existant.

Écoquartier du Stand Nyon

Le projet a dû faire l’objet d’un PPA, réalisé par la commune, puis la Codha a pu obtenir l’autorisation de construire, en association avec l’entreprise générale Construction Perret SA. La ville de Nyon a financé le concours d’architecture et l’établissement du plan d’affectation.

Le chantier a débuté en 2019 après d’importants travaux de dépollution du sol et le gros œuvre a été achevé courant 2020. Le terrain pentu, bordé par le cordon boisé du Boiron, n’est pas des plus aisés à appréhender. Les architectes jouent avec les déclinaisons, varient les hauteurs et font serpenter les bâtiments tout en aménageant de vastes terrasses, des espaces communs invitants et généreuses coursives. Cette volumétrie travaillée rythme le quartier tout en assurant une densité importante de logements. Ils tirent ainsi le meilleur du site, orientant les logements plein sud et face à la forêt en contre-bas. Le regard s’étend du proche Jura jusqu’aux Alpes.

CONSTRUIRE SON QUARTIER

Les choix constructifs sont tournés vers la durabilité, la facilité d’entretien et la simplicité. La structure béton est habillée d’un bardage bois. Des têtes de dalles préfabri- quées soulignent les étages et participent au dynamisme de l’ensemble.

Du côté technique, les bâtiments sont producteurs d’électricité grâce à leurs panneaux photovoltaïques qui leur permettent d’atteindre les objectifs de la société à 2000 watts. Ils répondent aux normes Minergie P-Eco via un groupement de consommateurs-producteurs qui sera géré par les Services industriels de Nyon.

La mobilité douce étant inscrite dans la philosophie de la Codha et de ses membres, il est prévu de créer des places de vélos en suffisance et de mettre en place l’autopartage en fonction des demandes des habitants.

L’ensemble de l’écoquartier sera cogéré par l’association des habitants «Eco du Boiron» et la Codha. Un coordinateur d’immeubles à 70% vivant sur place aura pour mission d’appuyer l’association et d’être au service du quartier.

Les premiers locataires prendront possession de leur logement dans le courant du premier trimestre 2022 dans le bâtiment n° 5 (en bordure de forêt) qui sera le premier à être livré. Les constructions abriteront 40 logements à loyer modéré (LLM) dont deux clusters, 52 logements à loyer abordable (LLA) dont deux clusters, et 39 logements à loyer libre (LML). La totalité des LLM, 70% des LLA et 50% des LML sont réservés aux personnes vivant et/ou travaillant à Nyon. Les clusters sont de vastes appartements communautaires regroupant des unités d’habitation privatives (composées d’une ou deux pièces ou plus, d’une salle de bain et d’une kitchenette) reliées par un espace commun qui comprend généralement un grand salon et une cuisine. Pour les logements de type LLM, les loyers sont abaissés de 20% à la faveur des subventions paritaires de la ville et du canton. Les logements de type LLA bénéficient d’un cautionnement cantonal solidaire à hauteur de 4,6 millions de francs.

Grâce au processus participatif mis en place par la Codha avec ses membres, la vie du futur écoquartier se construit parallèlement à ses bâtiments. En effet, l’association des futurs habitants « Eco du Boiron » travaille active- ment sur le «vivre ensemble» depuis 2015, ce qui permet de nouer des liens avant même l’emménagement. Ils organisent déjà les lieux de vie sur les coursives, les deux salles communes, les trois grandes buanderies, les deux belles terrasses en toiture – qui accueilleront un terrain de pétanque, des pergolas avec hamacs, des potagers et autres espaces de détente – les 5 chambres d’amis, le local de musique, l’économat muni de congélateurs, les locaux et ateliers vélos et bricolage, le local pour ados et enfants, environ 380 m2 de zone potagère gérée par les habitants, ainsi que la crèche et la maison de quartier.

Encore trop peu répandues en Suisse romande, les coopératives d’habitation ont pour but de construire des logements de qualité à loyers abordables pour toutes les couches de la population. Le marché romand s’ouvre peu à peu à cette forme de montage financier et de développement immobilier. Si la démarche et les programmes associés semblent attirer une population toujours plus grande, la lenteur temporelle et l’engagement requis en découragent plus d’un et ne permettent pour l’heure pas de répondre aux besoins immédiats de la majorité.

******

Chantiers magazine

Machines de Chantiers

Job de Chantiers