Grand-Pont Lausanne

Ouvrage majeur de la mobilité de l’hypercentre lausannois, le Grand-Pont est fermé. Les travaux prévoient son élargissement grâce à la construction d’un nouveau tablier. La Ville saisit l’occasion pour faire une analyse de la circulation avec, en point de mire, la déviation définitive du trafic motorisé individuel privé.

Situé au centre de Lausanne, le Grand-Pont a été conçu par l’ingénieur Adrien Pichard et construit en 1844. Long de 170 mètres, il relie la place Bel-Air à la place Saint-François et constitue un axe majeur de la mobilité de l’hypercentre. Une inspection menée en 2020 met en évidence le besoin urgent d’un assainissement. Il s’agit notamment de mettre à neuf l’étanchéité et de réparer certaines dégradations. La réflexion menée par la Ville de Lausanne et le consortium d’ingénieurs composé des bureaux Ingphi SA et Bächtold & Moor AG va au-delà de l’aspect purement structurel et débouche sur un projet d’élargissement du tablier, un nouveau dessin des garde-corps, une amélioration des locaux situés sous les arches et potentiellement une nouvelle définition du transit automobile dans tout le secteur.

Grand-Pont

Les concepteurs interviennent avec finesse et grand respect à l’égard du caractère historique de l’ouvrage. Ils sont accompagnés par le Service d’architecture de la Ville de Lausanne et le Service des monuments et sites du Canton de Vaud. Les six arches, enterrées lors du comblement de la vallée du Flon en 1876, ne sont bien sûr pas touchées. Les dix-neuf arches de l’étage supérieur, qui lui donnent le visage qu’on lui connaît, sont conservées et restaurées au besoin.

L’intervention prévoit la démolition du tablier existant et la reconstruction d’un nouveau tablier, ainsi que la mise en place de nouveaux garde-corps, de mâts de drapeaux et d’un nouvel éclairage public. Inscrit dans le cadre du développement des axes forts du PALM, le projet d’élargissement doit permettre en particulier l’exploitation des bus à haut niveau de service. L’intervention offrira également plus d’espace et de sécurité à la mobilité douce.

CALME ET SIMPLICITÉ

L’utilisation de béton précontraint et de BFUP permet aux ingénieurs de proposer une solution à l’apparence simple. Les entre- toises des dalles qui supportaient les trottoirs disparaissent et une dalle fine dessine un discret couronnement. Les arches sont mises en valeur et la fonctionnalité du pont est potentialisée.LausanneLausanne

Le tablier passe de 15 mètres à 17,10 mètres de large. C’est une dalle monolithique et profilée dont la hauteur varie de 25 cm en bout de porte-à-faux jusqu’à 40 cm au centre de l’appui. Une épaisseur de béton fibré assure l’étanchéité et ajoute à la force du tablier. Le porte-à-faux est de 3,90 mètres de portée. Il accueille les trottoirs, mais est néanmoins dimensionné pour supporter les charges accidentelles de trafic lourd. Le nouveau garde-corps constitué de lames métalliques verticales est, lui aussi, conçu pour résister aux chocs des véhicules.

Afin de mener à bien ces travaux, le pont est totalement fermé depuis le 15 janvier dernier. Piétons et vélos peuvent emprunter la passerelle provisoire construite à leur bénéfice, tandis que 12 lignes de bus et tout le trafic motorisé sont déviés.

Les travaux de démolition sont ardus, étant donné que des DIN et anciennes voies de tram sont encore présentes dans le tablier existant. Selon le programme, le pont sera remis en service avant la fin de l’année. Entre-temps, les services de la Ville saisissent l’occasion d’observer la situation afin d’éventuellement revoir le schéma de circulation du coeur de la ville. La déviation définitive du trafic motorisé individuel privé, à la fois du Grand-Pont et d’une bonne partie du centre-ville, est le grand saut que pourrait franchir Lausanne.

****

Chantiers magazine

Job de Chantiers

Machines de Chantiers