Dans le cadre de la construction de l’écoquartier des Vergers, une tour de douze niveaux relève le défi du bilan énergétique positif. Le bois, utilisé dans la structure et, surtout, en façade, y joue un rôle prépondérant.
Le village de Meyrin qui ne comptait que 3000 habitants en 1960 a vu sa population plus que quadrupler au moment de la construction de la première cité-satellite de Suisse au tournant des années septante. Aujourd’hui, avec la construction de l’écoquartier des Vergers c’est une nouvelle étape majeure du développement de Meyrin qui est franchie. En effet, ce sont ici quelque 3000 habitants supplémentaires qui vont être accueillis ainsi que diverses activités commerciales, des installations publiques, un établissement scolaire et des équipements sportifs. Les premières études d’aménagement de ce nouveau quartier ont été réalisées en 2003. C’est en 2006 que la commune de Meyrin et le canton ont donné une impulsion décisive au développement des Vergers. L’ensemble a pour vocation de respecter les normes en matière de développement durable et de s’intégrer au mieux dans le paysage de la commune.
Le long de la Route de Meyrin qui cour en direction du CERN sont désormais disposées trois tours. L’une d’elles, la Tour C2, se distingue par des choix constructifs innovants et un large usage de la construction bois.

La tour est une construction de 12 étages comprenant 104 logements.

Bois actif

La Tour C2 est une construction de 12 étages comprenant 104 logements conçue par Groupe H Architecture et Ingénierie SA et Charpente Concept SA puis réalisée en entreprise totale par Construction Perret SA. Au rez-de-chaussée se trouvent des locaux d’activités et des commerces. La répartition des différentes typologies (du 2 au 5 pièces) se fait en fonction de l’orientation solaire. Les grands appartements se trouvent sur les façades sud-est et sud-ouest et sont agrémentés de balcons. Les petits appartements se trouvent sur les façades nord-est et nord-ouest. Les deux niveaux de sous-sol réunissent les locaux nécessaires aux logements et aux activités comme les caves, les dépôts et les locaux techniques. La structure du bâtiment est réalisée en béton et est conçue afin de libérer les façades des éléments porteurs. La Tour des Vergers fait oeuvre de pionnier. Elle postule au standard Minergie A qui vise à réaliser des immeubles quasi autonomes, exempts de toute consommation d’énergie fossile et couvrant leurs besoins exclusivement par des énergies renouvelables.

«  valeur U dynamique moyenne de 0,1 W/m2K en saison froide » 

Les façades sont sans doute le point fort de ce projet. Des capteurs solaires photovoltaïques sont intégrés dans les parapets et les balcons alors que les parties pleines sont réalisées en éléments actifs Lucido. Il s’agit d’une façade solaire composée d’un verre solaire, d’un élément absorbant en bois (ou en béton) et d’un mur isolant. La façade utilise l’énergie solaire gagnée par le système, puis la stocke dans celle-ci et l’emploie comme force isolante naturelle. Elle permet d’atteindre une valeur U dynamique moyenne de 0,1 W/m2K en saison froide. La perte d’énergie du bâtiment est pratiquement réduite à néant.

En hiver, cette enveloppe fonctionne selon le principe d’une serre. Les rayons solaires passent au travers du verre et pénètrent dans la structure lamellaire en bois. La chaleur des rayons solaires est tout d’abord absorbée par le bois, puis l’intégralité du mur se réchauffe lentement. Après 4 à 12 heures d’ensoleillement, la chaleur traverse l’épaisseur du mur et dans la soirée, celle-ci est transmise à l’intérieur du bâtiment. Pendant la nuit, l’élément Lucido agit en tant qu’enveloppe chauffante et isolante. La chaleur emmagasinée durant la journée est diffusée jusqu’au matin, puis le cycle recommence dès le lever du jour. Les façades actives bois et verre permettront d’atteindre une valeur U dynamique moyenne de 0,1 W/m2K sur la saison froide.

Au vu du nombre d’étages et pour des exigences de sécurité incendie, deux types d’absorbeurs ont été utilisés pour la Tour C2. Les façades sud-est et sud-ouest sont des parois à ossature en bois. Pour les autres orientations, des lamelles en béton fibré à ultra-hautes performances spécifiquement développées font office d’absorbeur et marquent une nouvelle évolution de la façade Lucido. Ces éléments, incombustibles, assurent un coefficient de transmission thermique de 0,13W/m2K.