Marti Construction SA s’est associé à la startup Oxara pour développer et lancer cleancrete sur le marché de la construction romande, un béton de terre sans ciment. Visite sur le chantier test.

«Depuis 2019, nous testons et optimisons la série d’adjuvants oxacrete® et les produits cleancrete dans des tests à l’échelle industrielle en collaboration avec Marti Construction Genève» déclare Dr Demoulin, cofondateur d’Oxara. Ce partenariat entre Oxara et Marti Construction SA est essentiel car il vise à accélérer la validation industrielle, la certification mais aussi à fournir cleancrete® au marché de la construction romande d’ici à 2022.

L’accord intervient à un moment où la demande pour des constructions durables et écologiques croît tant auprès des acteurs du secteur que du grand public.

Le secteur de la construction est l’un des plus grands consommateurs d’énergie et de matières premières au monde avec un impact considérable sur l’environnement et la biodiversité. Ce secteur est à l’origine de près d’un tiers de tous les déchets produits, principalement des matériaux d’excavation. Rien qu’en Suisse, 50 millions de tonnes de matériaux d’excavation – soit l’équivalent de 8 grandes pyramides de Gizeh – sont générés chaque année.

Face à ce constat, Oxara, une spin-off de l’EPF Zurich fondée en 2019, a développé des adjuvants pour transformer les matériaux d’excavation en produits de construction durable. Ils permettent la réutilisation des boues de lavage, des terres d’excavation (moraines, argile) en lieu et place du béton conventionnel sur un certain nombre d’applications: en tant qu’éléments non porteurs pour des sols dans les bâtiments ou comme éléments structurels pour des maisons de 2 à 3 étages. Le passage à ce processus circulaire apporte des bénéfices environnementaux substantiels. En effet, cleancrete est 90% plus écologique que le béton conventionnel à base de ciment.

Il a l’avantage de se travailler et de se mettre en place comme le béton traditionnel; on le malaxe, on le coule, on le vibre, c’est un avantage notable en comparaison avec d’autres typologies de murs sans ciment qui émergent actuellement (pisé, terre compressée, etc.).

VERS UNE INDUSTRIALISATION

Cette nouvelle technologie d’adjuvants a été développée au sein de la chaire de Construction Durable de L’EPFZ, dirigée par Pr Guillaume Habert, et est lancée sur le marché par la spin-off Oxara, cofondée par Dr Gnanli Landrou (LEO: Lead Executive Officer) et Dr Thibault Demoulin (LTO : Lead Technologie Officer). La jeune société veut utiliser cette technologie pour réduire les émissions de CO2, promouvoir la construction circulaire mais aussi permettre un habitat durable et abordable dans le monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tests en conditions réelles sont actuellement réalisés à Carouge. Un petit pavillon (3,10 m x 5,40 m) prend peu à peu forme. Les tests portent sur différentes recettes. Les adjuvants minéraux permettent d’augmenter la fluidité et d’accélérer la prise. Le matériel en place est celui d’un petit chantier, mais les applications prennent rapidement une forme industrialisable. On teste la réalisation de murs, de portes, de fenêtres et de sols avec plusieurs variantes d’adjuvants et différentes quantités de fibres naturelles.

Les prochaines semaines serviront à conclure les tests de durabilité et de résistance interne afin de définir les meilleures recettes. Les résultats sont à chaque fois validés par un bureau d’ingénieurs et un laboratoire d’expertise. L’objectif à moyen terme est de trouver un partenariat pour un premier ouvrage.